Une solution de gestion à l'image des pme

Vous naviguez sur
MFS  >  Publications  >  Cyclisme, technologie et science (mars 1998)

  7. Conclusion du travail

 

Cher lecteur, si vous lisez ces lignes, c’est que vous avez fait honneur à mon travail et, je pense, que vous connaissez le cyclisme un peu mieux. J’espère que la lecture de ce dossier qui, je l’admets, est impressionnant par sa taille, ne vous a pas trop ennuyé. Son but (ou plutôt le mien) était de vous informer sur ce domaine peut-être mal connu pour certain. Mais il pourra aussi vous servir le jour où vous déciderez d’acheter un nouveau vélo (cyclisme et technologie) ou quand vous commencerez une petite remise en forme (cyclisme et science).

Le dernier chapitre, la technologie lors des courses, a pour but de vous montrer que l’organisation d’une course cycliste n’est pas chose facile. C’est une pensée toute particulière aux centaines de personnes qui contribuent pleinement à la bonne marche de ce sport, en restant à jamais dans l’ombre.

Les joies, les peurs et les frissons propres aux personnes suivant le Tour de France ne sont pas seulement présentes grâce à Jan Ullrich, Richard Virenque, Marco Pantani et leurs collègues et néanmoins concurrents. Derrière, il y a ces milliers, voire ces millions de personnes qui organisent la manifestation, qui la retransmettent en direct sur votre petit écran. N’oublions pas les centaines d’employés des usines de cycles, les professeurs et autres scientifiques qui apprennent à mieux connaître notre organisme. Non, le cyclisme ne se limite pas à un peloton de deux cents coureurs !

N’oubliez jamais toutes les personnes qui resteront à jamais dans l’ombre de leur bureau ou de leur laboratoire ! C’est grâce à elles que vous pouvez apprécier le devant de la scène, les quelques milliers de coureurs professionnels ...

 

Vers la suite > > >

 

 

| Accueil | Présentation | Philosophie | Prestations | Publications | Plan du site | Contact |


(c) Spada Fabrice 2013