Une solution de gestion à l'image des pme

Vous naviguez sur
MFS  >  Publications  >  Cyclisme, technologie et science (mars 1998)

  2. Le mythe du Tour
 

Le Tour... Un mot comme un autre ? Ajoutez-lui une majuscule et il se transforme alors en un véritable mythe. En effet, le Tour de France est un des événements sportifs qui suscite le plus de succès auprès du public. Des milliers de personnes se déplacent chaque jour au bord des routes pour encourager les coureurs; certaines dorment même sur le tracé de la Grande boucle pour avoir les meilleures places. C’est également l’événement sportif le plus suivi à la télévision, après les Jeux olympiques et les Championnats du monde de football qui ont tous deux lieu qu’une fois tous les quatre ans.

Cette boucle d’environ quatre mille kilomètres est devenue l’épreuve la plus importante pour les cyclistes professionnels et les places y deviennent toujours plus chère. Certains échelonnent alors leur entraînement de manière à être au top le jour où le Tour partira; vainqueur du Tour de France est devenu un titre plus convoité que le titre de Champion du monde. De plus, l’intérêt croissant que lui porte le public amène des milliers de sponsors au bord des routes de France, et cela n’est pas sans conséquences pour les gains financiers des coureurs. Le vainqueur gagne, hormis les nombreuses primes de courses offertes par les différents sponsors et son équipe, la bagatelle de cinq cents mille de nos francs (deux millions de francs français).

Les péripéties de la caravane publicitaire de 198 coureurs (vingt deux équipes de neuf) sont rediffusées sur une cinquantaine de chaînes de télévision du monde entier. Cela explique en partie les enjeux financiers qui s’y déroulent. Le premier Tour eut lieu en 1903 et était dirigé par Henri Desgrange. Les débuts du Tour étaient pénibles et personne n’aurait pu s’imaginer qu’un jour il aurait autant de succès. La première année seulement vingt et un coureurs sur les soixante partants ont bouclé la boucle. En 1904, lors de sa deuxième édition, des attentats contre les coureurs à St. Etienne ont failli le tuer. Henri Desgrange écrivit alors : " Le Tour sera mort de son succès et des passions aveugles qu’il aura déchaîné. Des énergumènes nous auront amenés à renoncer " Mais Desgrange n’est pas homme à renoncer. Il rendra " son épreuve " populaire en instaurant la montagne en 1906, mais surtout en attirant des sponsors. La caravane deviendra, dès 1930, la grande foire commerciale que l’on connaît encore aujourd’hui. Dès lors, la Grande boucle connut un succès croissant chaque année, seules les deux guerres l’ont empêché d’avoir lieu.

Tous les coureurs ayant gagné le Tour sont passés à la postérité, mais quatre d’entre eux sont devenus de véritables légendes vivantes du cyclisme en escaladant cinq fois la plus haute marche du podium ! Il s’agit : du Français Jacques Anquentil (1957, 1961-64), du Belge Eddy Merckx (1969-72, 1974), du Français Bernard Hinault (1978-79, 1981-82, 1985) et de l’Espagnol Miguel Indurain (1991-95). Tous les quatre sont devenus mondialement connus suite à leur exploit, car il faut tout de même rappeler que le Tour de France est considéré comme l’épreuve cycliste la plus dure.

De nombreuses personnes aimeraient un jour pouvoir remporter le Tour, mais seuls 198 coureurs sont sélectionnés chaque année. Comme cité auparavant, les gains financiers sont immenses pour l’équipe qui arrive à placer son leader à la première place. C’est pourquoi chaque équipe professionnelle est alliées à une grande marque de cycles qui met au point des machines toujours plus sophistiquées, afin d’améliorer les performances. Mais, la victoire dépends également des progrès faits au niveau de la médecine cardiaque et musculaire, de la diététique, dans certain cas, que l’on souhaite minimes, du dopage mais surtout de l’équipe et du talent du coureur.

 

Vers la suite > > >

 

 

| Accueil | Présentation | Philosophie | Prestations | Publications | Plan du site | Contact |


(c) Spada Fabrice 2013